Scenographies

LES SUPPLIANTES (d'après Eschyle)

Cinquante femmes, les danaïdes,refusent d'être épousées contre leur volonté par leurs cousins germains, les Egyptiades, cinquante fils du frère de leur père. Elles fuient par la mer la mort qu'on leur promet, accompagnées de leur père Danaos. Mais les cinquante cousins les poursuivent, prétendant les prendre de force. Les suppliantes échouent sur les rives de la cité d'Argos et demandent asile au peuple grec.
Une adaptation d'Olivier Py, qui séduisit Jean-Luc Bansard, directeur du théâtre du Tiroir à Laval.
Les participants : 32 actrices et acteurs amateurs de 11 pays, demandeuses et demandeurs d'asile qui résident en Mayenne, et s'expriment dans 8 langues...
Ils ont tous choisi de défendre sur la scène cette légende car, pour certains d'entre eux, c'est leur propre histoire qui se raconte ici.

Chantier citoyen - Création 2016

 

Jean-Luc Bansard : mise en scène.

Brigitte Maurice : costumes et scénographie.

Catherine Leteinturier : chorégraphie.
Olivier Messager : musique et chants.
Photographies : © André Lemaitre.
Plus de 40 représentations données dans tout le grand ouest.
Théâtre du Tiroir - www.theatre-du-tiroir.com 8 rue Jean-Macé Laval.
www.theatre-du-tiroir.com

ULYSSE, LES CHANTS DU RETOUR (d'après Homère)

 

Creation 2012 de la Compagnie du Tiroir

-Adaptation : Brigitte Maurice - Jean-Luc Bansard
-Mise en scene : Jean-Luc Bansard
-Decors, costumes, scenographie : Brigitte Maurice

-Photographies : © André Lemaitre

 

 

 

 

La pièce étant jouée uniquement par des hommes, j'ai voulu indiquer la présence de Pénélope et de toutes les femmes qui enchantent l'Odyssée. Tout le fond de scène et les parties latérales sont bleu d'outremer intense pour créer une atmosphère enveloppée de ciel, de mer, de légende.

 

 

 

 

 

La tenture/Pénélope est une réalisation textile et peinture de 4 x 5 m, suggérant l'île d'Ithaque et l'inlassable travail de la femme d'Ulysse : objectifs du héros placés en toile de fond sur la scène, en filigrane du texte.
Tons de terre, pour dire l'île d'Ithaque et la rusticité de ces paysans-guerriers.
Tons d'or, car Ulysse est roi d'Ithaque (pouvoir, richesse, raffinement).
Textile et peinture pour dire la voilure, les gréments.
Devant, 7 sacs de marins peints de terre et d'or sont utilisés par les comédiens pour raconter les épreuves, les îles, le voyage, comme des corps annexes qui transforment la vision de l'espace scénique selon les étapes de l'Odyssée.
L'éclairage joue un rôle important (le décor est présent du début à la fin) et doit évoluer selon les péripéties pour exprimer la nuit, l'aurore, la peur, l'orage etc…
A droite de la scène, les percussions du musicien-compositeur. 

 

Scenography for "ULYSSES,Songs of homecoming".

Given that the men-only play was played by male actors, I thought of Penelope's handwork to introduce the female presence and I imagined a sort of sculpted tapestry made of painted textile which would entirely take up the back of the stage ,with enough interspace to enable the blue of the sea and of the sky to sip through. The solid part of the tapestry would be painted in shades of earth colour and grey to conjure up the land of Ithaca and in gold which implies wealth and some sort of refinement as Ulysses was the King of Ithaca. Thus the tapestry can conjure up the Island of Ithaca , the rigging of the ships, Penelope's weaving and her craftiness in the face of her suitors. Let the actors and the lighting give it life according to the different events of the play.

Ulysses, Songs of Homecoming created by the "Compagnie du Tiroir"
Adaptation:Brigitte Maurice and Jean-Luc Bansard.
Settings,Costumes and Scenography :Brigitte Maurice

Ulysse (Ouest-France/les Ponts-de-Cé/16 novembre 2012)

La salle était pleine vendredi soir pour la représentation d'Ulysse ou les chants du retour, par le théâtre du Tiroir, au terme de deux semaines de résidence aux Dames. C'est un travail énorme de plus de deux ans qui a nécessité la traduction en langue des signes du poème épique d'Homère, puisque le pari de Jean-Luc Bansart et de sa troupe était d'inclure deux comédiens sourds.
Comment dire et faire entendre les mots d'Homère sans pouvoir utiliser de mots ? Un défi brillamment relevé : les acteurs Jean-Luc Bansart, Levent Beskardes, Olivier Chetrit et Laurent Stéphan se sont relayés pour « signer » les aventures du héros, utilisant la chorégraphie des corps et des mains dans une coordination époustouflante.
Les chants et la musique d'Olivier Messager ont apporté une atmosphère réellement poétique au spectacle. Sans oublier la beauté des lumières de Jack Percher et du décor de l'artiste plasticienne Brigitte Maurice.